Docteur Sleep × Stephen King

docteur sleep

Docteur Sleep, l’un des derniers romans de Stephen King, nous replonge dans une histoire passée, celle de Danny Torrence, le petit garçon de Shining. Nous avons tous tremblé en lisant ce livre diabolique ou devant son adaptation cinématographique. Il n’était pas chose aisée d’élaborer une suite à ce monument, qui est, soit dit en passant, l’un des plus grands succès de l’auteur. C’est presque réussi…

Dan, qui a survécu à l’incendie de l’Overlook Palace, tente tant bien que mal d’enterrer ses vieux démons. Aujourd’hui trentenaire, il est alcoolique et paumé, comme l’était feu son père Jack Torrence. Disposant de pouvoirs psychiques lui permettant de communiquer avec l’au-delà, il travaille à présent dans un hospice et aide les mourants à rejoindre la lumière.

« Ça n’en finira jamais, pensa Danny. L’Overlook a brûlé et ses fantômes les plus terribles sont enfermés dans des coffres forts, mais je ne peux pas enfermer le don parce qu’il n’est pas juste à l’intérieur de moi, il est moi. Sans alcool pour les anesthésier au moins un peu, ces visions continueront jusqu’à me rendre fou. »

Un beau jour, il est contacté par une jeune fille, Abra qui possède manifestement le don. Cette adolescente est poursuivie par un groupe d’immortels complétement givrés qui se nourrissent d’une substance appelée vapeur. Dirigés par Rose, une femme fatale et cruelle, ces « vampires » vagabonds sont prêts à tout pour arriver à leurs « faims ». Cette quête pour la liberté et la vengeance, va embarquer nos deux protagonistes dans une aventure rocambolesque où la lutte pour la survie se fait de plus en plus pressante. On apprécie le lien qui unit Abra à Dan, l’écriture fluide de Stephen et le suspens de ce roman qui se dévore rapidement.

On regrette pourtant que le fantastique prenne le pas sur l’horreur. Malheureusement, on ne se sent pas vraiment effrayé à la lecture de ce roman. Petit (ou gros) bémol donc pour cette œuvre maléfique qui ne nous flanque pas vraiment les chocottes. Essayez peut-être de le lire dans une maison hantée ou assis sur une tombe d’un ancien cimetière indien… Qui sait ?

Finalement, on passe un bon moment mais cet honnête roman de Stephen King n’est pas à compter comme l’un de ses chefs-d’œuvre. Et veuillez noter qu’avoir lu ou vu Shining n’est pas une nécessité pour comprendre cette histoire. Cela permettra aux lecteurs qui sont âgés de moins de 10 ans ou qui ont vécu dans une cabane au Groenland ces 25 dernières années, de profiter et d’apprécier ce livre somme toute bien ficelé.

Docteur Sleep de Stephen King – Albin Michel – Septembre 2013

© Portrait de Stephen King par Steve Schofield

Leave a Comment