boualem sansal

2084 × Boualem Sansal

boulam sansal la fin du monde« 2084 : la fin du monde » de Boualem Sansal est une œuvre dont on a beaucoup parlé, de par sa ressemblance revendiquée avec le roman de George Orwell, le très célèbre « 1984 » mais aussi du fait de sa résonance actuelle. Élu meilleur livre de l’année 2015, il m’était impensable de passer à côté de cette fiction dystopique qui a particulièrement déchainé les passions.

Dans un monde régi par la tyrannie et la religion, Ati, fonctionnaire ordinaire se remet difficilement de la tuberculose. Parqué dans un sanatorium lugubre au sommet d’une haute montagne, il souffre quotidiennement de l’ennui et de l’isolement. Ce séjour prolongé dans une ambiance fiévreuse va faire germer en lui des pensées jugées impures par les croyants, des idéaux de liberté et de rébellion. A son retour, il embrasse à nouveau une vie monotone rythmée par les 9 prières journalières, les dévotions à Yolah et à Abi, et son nouveau poste dans un ministère. Malgré une tranquillité apparente retrouvée, ses idées, qui font de lui un traitre à la patrie, ne l’ont pas quitté.

Débute alors un voyage initiatique pour cet homme et son ami, Koa, en quête de vérité et de savoir. Le lecteur découvre, parfois en même temps qu’eux, un vaste monde capitonné, dévasté par la corruption, la dénonciation et la manipulation. On est projeté dans un système dictatorial fait de règles strictes, de contraintes et de soumission. On s’indigne pour les malheureux sacrifiés inutilement, contre la crédulité des masses ou encore la naïveté des deux protagonistes qui font confiance au premier venu. Pour autant, on parvient à s’attacher à ces deux hommes qui savent remettre en question leurs croyances et qui ils sont pour une juste cause.
La découverte de vielles reliques – une chaise longue, une table ou encore un tableau -symboles d’un passé qui nous fait étrangement penser à notre présent, fait de ce roman de science-fiction un véritable roman d’anticipation. En tant que lecteur, nous parvenons aisément à transposer leur réalité dans notre réalité. Hommage au roman de George Orwell, on retrouve clairement dans « 2084 » des échos de nos civilisations, notamment avec des références à peine dissimulées à L’Islam mais aussi à ses dérives.

Au départ, le récit manque de fluidité et parait trop verbeux, mais on rentre rapidement dans l’histoire et cette impression cesse dès la 2ème partie du roman. Il en devient finalement agréable à lire et nous plonge dans un monde intriguant. On regrette que la description de cette société ne soit pas plus poussée par moment. Assez court, ce roman nous permet de réfléchir sur des thèmes chers à nos démocraties mais pas assez longtemps à mon gout. Petit bémol donc pour une œuvre qui reste instructive, imaginative et très bien construite.

Et n’oubliez pas, “Big Brother is watching you”.

2084 de Boualem Sansal – Gallimard – Août 2015

Leave a Comment