Vernon galerie

Vernon Subutex × Despentes

« Vernon Subutex » est un roman de Virginie Despentes, une œuvre décalée et trash qui dépeint une société en perte de repères, de bon sens, de valeurs. Cette petite bombe littéraire symbolise la chute d’un homme et la perdition de dizaine d’autres, l’envie de s’en sortir ou de sombrer davantage, l’abandon de notre humanité pour une poignée de dollars.

Vernon Subutex 1

Vernon Subutex se réveille un matin au pied du mur. Ancien disquaire au chômage, solitaire invétéré et tombeur de ces dames, cet homme au bord de la faillite personnelle se retrouve sur le carreau. S’en suit alors des semaines d’errance chez d’anciens copains de beuverie, d’anciennes amoureuses, d’anciennes connaissances. Une quête qui le pousse à renouer des liens avec des personnages brisés, barrés ou qui cherchent simplement à trouver une certaine forme de paix. Spectateur de sa propre vie, visiteur éphémère dans celle des autres, Vernon nous donne l’opportunité de nous incruster dans le présent de ces personnages si différents les uns des autres. Il est finalement un fantôme, l’unique lien entre un mari odieux, un chanteur déchu, une détective sans éthique, une ancienne star du porno ou un réalisateur bobo.

L’auteure nous délivre un portrait cinglant des personnages qui peuplent ce roman. La sincérité et la douleur de ces hommes et ses femmes fait étrangement du bien. A la manière d’un musée, Despentes nous emmène à la rencontre de ces peintures humaines, de leur passé et de leurs blessures.

Le style est efficace et décousu. On passe d’un portrait à l’autre, d’une histoire à l’autre, d’un sentiment à un autre. Tantôt amusé, tantôt touché, on ne sait plus où donner de la tête. On a envie d’apprécier certains personnages et d’en détester d’autres ; sans jamais les découvrir vraiment. Vernon est l’unique fil conducteur de ce récit saccadé et de ces personnages saccagés.

« C’est fini, l’ère des vraies stars du porno. Aujourd’hui sur Facebook les gamines se déclarent pornstrars alors qu’elles n’ont pas tourné trois films amateurs… La dernière fois qu’elle a jeté un œil sur Internet, elle est tombée sur ce film. La fille devait être hongroise. Elle était attachée au lit. Un mec la forçait à boire un alcool blanc. Elle n’était pas consentante… »

On regrette seulement de ne pas s’attarder davantage sur certaines personnalités. Peut-être que le second opus nous permettra d’en apprendre plus ou peut-être pas. En tous cas, je conseille ce livre qui a reçu de nombreux prix dont le prix Landerneau 2015 ou celui du meilleur roman français du palmarès Lire 2015.

Vernon Subutex de Virginie Despentes – Editions Grasset – 2015 

Leave a Comment