silo

Silo × Hugh Howey

“Silo”, œuvre magistrale de Hugh Howey, est sans conteste mon coup de cœur littéraire de l’été. Premier tome d’une trilogie au nom évocateur, cette œuvre dantesque est un roman post-apocalyptique comme on les aime et comme on en fait rarement. L’auteur nous lâche dans un univers pesant et puissant où le suspense nous gagne rapidement et ne nous lâche pas d’une semelle. Une très belle découverte qui se lit avec appréhension et envie !51wYr-laxiL._AC_UL320_SR198,320_

Alors que la surface terrestre est dévastée et que l’air ambiant est devenu irrespirable, les humains sont depuis des décennies tapis dans un Silo de 144 étages. Ce bunker souterrain est un lieu où les inégalités sont fortes et les règles omniprésentes, où chaque personne a une place et une fonction bien définie, où les couples doivent attendre de gagner à la loterie pour pouvoir espérer avoir un enfant. Que de contraintes dans un univers confiné qui donne le tournis ! C’est dans ce contexte tendu que certaines personnes commencent à douter du système et de la véracité des propos tenus par les dirigeants du silo. Au péril de leur vie – le châtiment des condamnés est un bannissement immédiat en terre inhabitable – des opposants vont se lever et faire entendre leur voix.

C’est avec un plaisir non feint que l’on dévore les chapitres de ce premier opus et que l’on apprend à connaitre des personnages parfois courageux, parfois violents, détestables ou attachants mais toujours si humains. Les passages de découverte du silo et des différents étages qui le composent participent véritablement à la construction d’une ambiance grandiose. Les détails nous plongent encore davantage dans le récit et nous font vivre les aventures des personnages plus intensément. On ressent l’angoisse du confinement, l’espérance, le désespoir, la suffocation mais aussi les peurs de Juliette, du maire ou encore du peuple des machines.

Vous l’aurez compris, une histoire travaillée et pleines de rebondissements ainsi qu’un style clair et rythmé sont les clés de la réussite. J’avais peur d’avoir à faire à un énième roman catastrophe mais mon avis est tout autre. Bercée par les bruits angoissants du silo et les jolies histoires humaines, j’ai dévoré ce pavé d’une traite.

On en redemande et on ne manquera pas de bouquiner « Silo, Origines » qui retrace le commencement ainsi que les causes de cette catastrophe et de ce confinement. Sans oublier, « Silo Générations » qui reprend l’histoire du premier, à l’endroit où on l’a quitté. En perspective, de belles lectures au soleil, sur le canapé ou sous un arbre fruitier.

Silo de Hugh Howey aux Editions Babel – 2012

Leave a Comment