clock-1274699_960_720

Les mémoires dangereuses × Benjamin Stora & Alexis Jenni

« Les mémoires dangereuses » est un échange entre Benjamin Stora, Président du conseil d’orientation du Musée de l’histoire et de l’immigration et auteur de nombreux livres sur l’Algérie, et Alexis Jenni écrivain émérite et prix Goncourt 2011. Dans un contexte français de plus en plus tendu, ces deux hommes s’interrogent sur l’origine du malaise identitaire et communautaire ambiant.

Mise en page 1

Le passé colonial de la France pourrait bien définir et avoir engendré ces frustrations identitaires d’hier et d’aujourd’hui. La discussion entre l’historien et l’écrivain doit normalement donner à réfléchir sur les conséquences de la Guerre d’Algérie sur notre présent. Pour autant, il n’en est rien. En effet, on a plutôt la dérangeante impression que les deux compères sont là pour encenser et valider leurs travaux respectifs.

On apprend certes des éléments intéressants sur l’indépendance de l’Algérie, sur le rôle et l’implication des politiques dans cette guerre sanglante, sur les propos tenus et les reprises médiatiques mais on ne rentre jamais vraiment dans le sujet qui nous intéresse véritablement. On est alors davantage dans le survol et non dans la critique historique approfondie et réfléchie.

Cette discussion est suivie d’une nouvelle édition de l’œuvre de Stora parue en 1999 : « Transfert d’une mémoire » et remise au goût du jour à la lumière des événements récents qui ont plongé la France dans un profond désarroi voire même un rejet de l’autre. Lecture plus intéressante selon moi, cette deuxième partie nous fait réfléchir et comprendre les mémoires du Sud et les impacts du colonialisme sur notre environnement politique et social. Centré sur la montée du FN et les souvenirs d’un passé qui hante les nouvelles générations, l’auteur nous livre une réflexion riche et détaillée ponctuée de citations pertinentes et d’extraits de bouquins traitant du sujet.

En définitif, on appréciera que moyennement la première partie de ce double ouvrage car sans grand intérêt historique ou philosophique. A l’inverse, on découvre une seconde partie plus dense qui pourra plaire à des non-initiés, n’ayant pas encore lu d’ouvrages traitant de la Guerre d’Algérie.

Les mémoires dangereuses de Benjamin Stora & Alexis Jenniaux aux Editions Albin Michel – 2016

Leave a Comment