count2

Le comte de Monte-Cristo x Alexandre Dumas

Me voici terminant la première partie d’un merveilleux classique (et je pèse mes mots) signé Alexandre Dumas : Le comte de Monte Cristo. N’ayant jamais eu vent de cette histoire et n’ayant pas vu le film datant de 1998, j’avais quelques appréhensions concernant la lecture de ce récit. J’avais peur de m’ennuyer, de trouver les descriptions trop longues et les tirades trop pompeuses, de me perdre dans les méandres d’une intrigue dépassée… Et finalement… Quelle claque !

téléchargement

Petit résumé pour ceux qui, comme moi, viennent de sortir de leur grotte et de découvrir cet ouvrage. En 1815, alors que notre cher Edmond Dantès est en passe de devenir capitaine du Pharaon et que tout semble lui sourire, ce dernier est victime d’un terrible complot et condamné à finir ses jours en prison. Mais la vie, les rencontres et le courage du jeune homme vont faire basculer ce destin si brusquement brisé. Sans trop en dire pour ne pas gâcher les nombreuses surprises qui peuplent ce roman, j’ai été rapidement plongée dans un passé historique enrichissant et dans une aventure étonnante et singulière à souhait.

Le plus marquant est l’évolution des personnages dans le temps. D’abord naïf et chaleureux, on voit le personnage d’Edmond se métamorphoser : Ou comment la souffrance, la perte des êtres aimés et l’injustice font de vous un autre Homme. Dans cet univers sombre, les touches de clarté sont rares mais puissantes. Le Carnaval, les richesses clinquantes, les saphirs et autres pierres précieuses ne sauraient illuminer le cœur de notre héros ni racheter les mauvaises actions de ses détracteurs.

On est submergé par l’envie de lui venir en aide et comme lui, on a soif d’une vengeance glaciale et sans consensus. Acteurs passifs de sa vie et de sa froide intelligence, on ne le reconnait plus mais on lui pardonne tout. J’avoue avoir attendu avec insistance le passage à l’acte, le châtiment mérité par certains personnages qui sont détestables et que l’on adore détester.

Ainsi, les hommes et les femmes qui font ce récit sont hautement convaincants : tantôt méritants, tantôt emplis de vices mais toujours si humains. Dumas m’est apparu alors comme un génie des gens, un brillant peintre des figures humaines et de la société de l’époque. Comme quoi, nos auteurs trépassés sont loin de tomber en désuétude…

Un tome 2 que je vais prochainement dévorer comme le premier et un auteur que je vais continuer à découvrir et chroniquer ! Vous l’aurez compris, Ce livre, qui est avant tout, une histoire de vengeance lente et rondement menée m’a complétement scotchée ! A déguster avec un cocktail sur une terrasse ensoleillée. Attention, c’est addictif !

Le Comte de Monte-Cristo aux Éditions Folio Classique 

Leave a Comment