Au revoir là-haut x Pierre Lemaitre

Après quelques semaines d’absence, je reviens avec un livre qui m’a beaucoup touché et m’a souvent laissé sans voix. Il s’agit de « Au revoir là-haut », œuvre littéraire de Pierre Lemaitre, auréolé d’un Goncourt et récemment adapté au cinéma. Dans un climat d’après-guerre tendu, la réalité historique et la fiction se mélangent brillamment et m’ont donné matière à pleurer, sourire, haïr et espérer.  A découvrir de toute urgence en cette saison hivernale propice aux lectures chargées en émotions.

Albert et Edouard, poilus rescapés de la Grande Guerre rentrent meurtris et profondément changés du front. Alors qu’Albert a perdu l’amour de sa vie et une place de Comptable au sein d’une grande banque, Edouard est devenu un autre, une « gueule cassée » qui s’emmure dans une solitude glaçante. Ces deux personnages, que le passé oppose, vont alors s’unir par vengeance, par dépit mais aussi par amitié ; pour tenter de s’extirper de leur sinistre condition d’ancien combattant oublié.

Leurs destins entremêlés sont déchirants de cruauté et de vérité. J’ai été touchée par des dialogues plus vrais que nature et des scènes décrites avec puissance et style. On s’y croirait ! De même, les autres personnages de ce roman sont profondément travaillés par l’auteur. On se retrouve face à un magnat désillusionné, une sœur courageuse et aimante, une crapule qu’on déteste viscéralement dès les premiers lignes ou encore un fonctionnaire puant mais honnête. Un camaïeu de personnalités auxquelles on s’attache finalement et qui participe à la construction d’une histoire tirée de faits réels mais largement fictionnelle.

Ce roman met véritablement à l’honneur ceux qui sont revenus de l’enfer. On réalise qu’au-delà du calvaire des soldats se trouve la douleur des familles. On se rend compte également de la non-reconnaissance de cette souffrance collective par une France qui tente de se reconstruire. Et alors qu’on rencontre à travers ce roman de profondes enflures qui ont tiré profit de l’horreur, on fait également la connaissance de héros. Un terme tout relatif dans un roman ou rien n’est tout noir ou tout blanc et où l’éthique est une valeur toute personnelle et relative.

De plus, derrière ce fond historique et engagé se dresse une intrigue digne d’un grand film de malfaiteur. Et ça fait mouche ! On est entrainé dans une double escroquerie à grande échelle. Le lecteur prend alors partie pour nos anti-héros et bascule doucement du côté obscur de la force, espérant profondément que nos lascars d’un jour s’en sortent. Pour le meilleur et pour le pire.

Un excellent roman donc qui m’a fait découvrir un auteur scrupuleux, à la plume efficace et moderne ainsi qu’une histoire bouleversante et pleine de sens. Si vous pensiez avoir tout lu sur la guerre 14-18 et bien, ce n’est plus le cas !

Au revoir là-haut – Editions Livre de poche – 2015

 

Leave a Comment