Mes intimes étrangers x Luc Duwig

De la chanson des Brigitte au livre de Luc Duwig, il n’y a qu’un pas : un membre de la famille à qui l’on ressemble mais que l’on ne connait pas ; un oxymore refoulé. Dans « Mes intimes étrangers », premier texte à venir de l’auteur, les blessures du passé s’ouvrent à nouveau pour qu’un jour alors, les plaies puissent être pansées. Une œuvre introspective qui donne à réfléchir sur qui nous sommes vraiment, au-delà des apparences et à travers notre ascendance.

Qui est ce grand-père dont tout le monde semble taire le nom ? Qu’a-t-il pu faire de si terrible pour que la loi du silence s’impose et s’immisce durablement dans une famille ? Ce sont des questions comme celles-ci qui vont tirailler notre auteur tout au long de son récit. En quête de son passé pour se construire et souffrant d’une histoire insidieuse qui est sienne, ce dernier expose des faits, se cherche, trouve, investigue ici et là-bas, serre les dents ; pour qu’éclate enfin la vérité.

Un premier roman qui sonne juste et qui ne se perd pas en verbiage inutile. L’histoire, succincte, défile rapidement. A travers des rencontres marquantes et un voyage au bout du monde, on sent qu’écrire est une urgence, un besoin de dire et de raconter. Le style est au service de cette volonté de se libérer, d’arriver au bout du chemin et de l’indicible.

Pour autant et à titre personnel, j’aurais aimé en connaitre davantage sur l’enfance et les secrets de l’homme qui dit ; pour rentrer davantage dans son univers et être embarquée encore plus dans son histoire. En effet, le lecteur n’a finalement que peu de temps pour s’attacher à son personnage. J’aurais aimé également que les relations familiales soient plus approfondies et que les différentes étapes de recherche soient plus développées. Les doutes, les erreurs et les questionnements font eux aussi partie du voyage.

Cette histoire a eu un écho particulier, car messine de naissance, j’ai pu imaginer les lieux cités avec précision, pouvant suivre mentalement ce pèlerinage. C’est assez rare pour être souligné !

En résumé, un premier roman intéressant et singulier que j’aurais voulu plus dense et plus centré sur l’homme qui raconte son histoire. Ses choix de vie et son passé pourraient véritablement être source d’enseignements pour autrui. En espérant croiser l’auteur au détour d’une seconde œuvre…

Mes intimes étrangers – Editions Carnets nord – Date de parution : 4 mai 2018

Leave a Comment