Le dernier banquet x Jonathan Grimwood

Attirée par les critiques positives exposées en quatrième de couverture, je me suis lancée sans aprioris dans la lecture de « Le Dernier banquet », roman historique retraçant la vie d’un noble dans la France du XVIIIe siècle. Ecrite par Jon Courtenay Grimwood alias Jonathan Grimwood, écrivain tout ce qu’il y a de plus anglais, cette œuvre met en scène la vie peu ordinaire de Jean-Marie Charles d’Aumout, un être en dehors du temps.

L’épopée de notre personnage principal débute par son enfance. Désargenté et crasseux, Jean- Marie Charles d’Aumout ne semble pas destiné à réaliser de grandes choses. Mais il en sera finalement autrement. C’est en entrant à l’académie militaire qu’il fera des rencontres qui construiront et changeront profondément sa vie, sa carrière, ses amitiés mais également ses amours. Amant fidèle, cuisinier de génie, espion pour la France, père accompli puis homme d’influence, Jean-Marie Charles est un personnage aux multiples facettes auquel on s’attache, malgré une obsession évidente pour la nourriture, bizarrerie qui confine à la folie.

Je ne partage pas les avis négatifs sur cette œuvre qui, pour ma part, est comparée à tort avec « Le Parfum ». Les similitudes, infimes et maltapropos, ainsi que la narration le distingue tout à fait de l’œuvre culte de Süskind. Et grand bien lui fasse !

De plus, même si la quête du goût décrite par un résumé peu révélateur n’est pas, selon moi, au cœur du récit, elle sert tout de même de fil conducteur à l’œuvre. N’étant pas passionnée par le monde culinaire, j’ai été agréablement surprise de ne retrouver cet aspect qu’en toile de fond.

Historique et touchante, l’histoire de vie relatée tout au long de ce livre est riche et intéressante. On se laisse aisément porté par les épreuves traversées et les bonheurs rencontrés. Les situations décrites touchent le lecteur car ce dernier peut se retrouver dans cette histoire. N’est-ce pas la clé d’un bon roman ?

J’ai été véritablement et instantanément plongée dans l’aventure de cet homme de cœur au destin incroyable. Portée par un style sans fioritures mais touchant et juste, cette œuvre se dévore rapidement. Alors qu’elle aurait pu être indigeste au possible, elle est sublimée par les talents d’écriture de son auteur, et se mange comme une tartiflette par temps froids. Une belle réussite !

Le dernier banquet – Le livre de poche – 2013

Leave a Comment