Jésus Christ buvait de la bière x Afonso Cruz

« Jésus Christ buvait de la bière » est le titre évocateur d’un roman court d’Afonso Cruz, auteur portugais multi-primé. Poétique et violent, cette œuvre littéraire inclassable réussit un tour de force magistral. D’une puissance rare !

Dans un petit village perdu du Portugal, Rosa, une jeune fille élevée par sa grand-mère vieillissante, suce des cailloux qui lui rappellent des moments heureux ou malheureux de son existence. Belle comme un cœur, elle fait tourner la tête des hommes. Autour d’elle, gravitent des personnages caricaturés et caricaturaux qui dialoguent ensemble sans vraiment se comprendre. Une riche héritière qui dort dans une carcasse de baleine, un prête maso, un professeur qui ne vit que de science, un ami-amant aux petits pieds, etc… La vie de la jeune fille bascule comme un métronome, oscillant entre profond ennui et désir de ne pas sortir de cette monotonie qui est la sienne. Et puis, jusqu’au jour où un événement peu ordinaire vient bouleverser un destin bien rangé.

La mort, la condition paysanne, la religion ou encore la science, sont autant de sujets explorés dans ce livre. Incisif et percussif, les théories des uns s’opposent à celles des autres. Certaines réflexions philosophiques font réfléchir et d’autres, risibles ou absurde, font sourire.

« Notre mort ne se produit pas quand nous sommes enterrés, elle se produit continûment : les dents tombent, les genoux durcissent, la peau se ride, les amis s’en vont. Tout cela c’est la mort. Le moment final n’est que cela, un moment. »

Le style de l’auteur est tantôt chantant, tantôt sinistre mais reconnaissable et fort. Une patte d’expert qui s’est posé maintes fois des questions qui nous sont communes à tous. Ou comment amplifier le sentiment que les êtres humains ont tous les mêmes préoccupations obsédantes.

« Rosa se met à crier, elle s’accroche aux jambes de sa grand-mère, en disant qu’elle ne veut pas s’en aller. Qu’elle ne veut pas s’en aller. Qu’elle ne veut pas s’en aller. Qu’elle ne veut pas s’en aller. »

En résumé, ce roman est une œuvre à la fois très réaliste et onirique qui ne laissera personne indifférent. A ne pas lire en cas de déprime car c’est loin d’être un livre léger pleins de bons sentiments.

Jésus Christ buvait de la bière – Les Allusifs – 2012

Leave a Comment