Il était une plume x Collectif d’auteurs

Dans « Il était une plume », un collectif d’auteurs indépendants s’exprime et se rassemble autour d’un thème commun : la plume – Avouez que vous ne vous y attendiez pas ! Et ça vaut vraiment la peine d’être lu.

Il est toujours compliqué de donner son avis sur un recueil de nouvelles, d’autant plus lorsque ce dernier est composé de textes émanant d’auteurs différents. Mais aventurons-nous dans cette œuvre qui est, pour moi, une belle invitation au voyage !

Ce recueil de nouvelles met en lumière des styles et des univers bien distincts, très singuliers.

Tantôt à une voix, tantôt à deux. Tantôt mélancoliques, tantôt sérieuses. Tantôt profondes, tantôt superficielles ; certaines de ces histoires m’ont touchées. Parfois, une seule phrase nous aide à comprendre et parfois, on s’interroge toujours sur le sens véritable du récit tout en étant déjà passé au suivant. L’envie de créer et de transmettre réunit pourtant ces auteurs. Et puis, c’est globalement bien écrit, bien ficelé et rondement mené.

Pour autant, comme dans toute histoire, certaines résonnent en nous, d’autres moins. De ce fait, je délivre, à la manière d’un festival, des mentions spéciales, des prix imaginaires. C’est juste mon humble avis de lectrice et d’être humain. Sans jugement de valeur, je vous spécifie celles qui, pour moi, sortent du lot.

Mention spéciale pour la première nouvelle, « La plume Rebelle » de Pierre Thiry. C’est confusant, poétique et la première partie de son histoire m’a étrangement replongé dans les fables de la Fontaine. Et comme il est difficile de passer le premier, c’est d’autant plus honorable lorsque c’est magistralement réussi. Chapon bas !

Mention spéciale à nouveau pour « La plume de la harpie » de Erika Boyer. Ce court récit mérite approfondissement ! Il est pour moi le préambule d’un roman oscillant merveilleusement entre onirisme et fantastique. En tous cas, le texte ainsi que le style de l’auteur m’ont embarqué dès les premières lignes.

Et enfin, de belles images pour « Echos » d’Antoine Delouhans, récit qui exploite à merveille le thème des souvenirs et de la nostalgie. Et puis, c’est bien écrit et c’est positif. Et ça, ça fait du bien ! On est conforté dans l’idée que ce sont les petits bonheurs passés qui nourrissent notre bien-être présent et sont la clé d’un futur bienveillant.

Vous aurez compris que j’ai été emballé, dans l’ensemble, par ce recueil que j’ai lu très rapidement. Il me donne envie d’aller explorer les atmosphères propres des écrivains, d’en lire d’autres et de me replonger dans ceux que j’ai aimé pour être sûre de n’avoir rien loupé ! Une petite pause légère entre deux romans.

Il était une plume – Plumes indépendantes – 2018

Comments

  1. Erika

    Une nouvelle fois, merci d’avoir lu notre recueil et d’en avoir rédigé cette super chronique ! Je suis très touchée de voir que ‘La plume de la Harpie’ vous a plu et je ne sais pas si cela vous fera plaisir, mais sachez que cette nouvelle est introductive et qu’il y aura une série qui vous en dira bien plus sur les Rêveurs, les Tisseurs de Rêves, etc. Elle n’est pas pour de suite, j’ai quelques projets prévus avant, mais elle sortira bien un jour ha ha !

    En attendant, j’ai bien peur que mes autres romans ne vous attirent pas car ce sont des romances et je n’en ai pas vues sur votre blog… Mais qui sait ? ; )

    Encore merci !

Leave a Comment